André Parant, ambassadeur de France: La France, partenaire attentif et bienveillant de la Tunisie

«Une visite au total très réussie», affirme l’ambassadeur de France à Tunis, André Parant, à propos de celle effectuée début novembre dernier à Paris par la cheffe du gouvernement, Najla Bouden, la première du genre après le 25 juillet 2021. «La tonalité a été très positive», a-t-il ajouté dans une interview accordée à Leaders. «Toutes les raisons nous poussent, nous confie-t-il, à souhaiter que la Tunisie surmonte ses difficultés et réussisse dans ses efforts de redressement, qu’il s’agisse de la gestion de son économie et de ses finances publiques, ou du fonctionnement de ses institutions».

Au sujet de la situation en Tunisie, l’ambassadeur souligne : «Nous n’avons pas à nous ingérer dans la vie publique tunisienne. En revanche, rien de ce qui concerne la Tunisie ne peut nous laisser indifférents. Par conséquent, nous suivons ce qui s’y passe en observateurs bienveillants, mais aussi attentifs, et vigilants (…) Nous ne commentons pas les décisions qui relèvent de la souveraineté tunisienne, mais nous formulons des espoirs ou des attentes sur certains points» qu’il n’a pas manqué de détailler.

Evoquant l’octroi des visas, il a indiqué que «l’objectif n’est pas de porter atteinte à la mobilité entre nos deux pays, qui est consubstantielle à notre relation ; mais elle doit s’exercer de façon maîtrisée, dans le respect des lois qui régissent l’entrée et le séjour sur notre territoire». «Les discussions avancent » sur les questions touchant à la réadmission des Tunisiens en situation irrégulière en France. «Dès qu’elles seront achevées –nous en avons, de part et d’autre, la volonté– les choses reprendront progressivement leur cours normal. Je ne suis pas inquiet.»

L’entretien avec l’ambassadeur de France a également porté sur l’accompagnement de la Tunisie dans la préparation de ses négociations avec le FMI ainsi que sur l’élaboration des réformes et leur mise en œuvre, la relance des divers autres domaines de coopération et l’encouragement de l’investissement français.

Laissez un commentaire