La Tunisie participe pour la première fois à la réunion des ministres des AE du COMESA

La Tunisie a participé mardi, pour la première fois, à la réunion des ministres des Affaires étrangères du Marché commun de l’Afrique orientale et australe (COMESA).

 

Il s’agit de la 17ème réunion des ministres des Affaires étrangères des pays membres de cette organisation, que la Tunisie a officiellement rejoint en juillet 2018.

Cette réunion, qui précède le 21ème Sommet des chefs d’État et de gouvernement du COMESA, a été consacrée à l’examen et l’adoption du rapport de la Commission de paix et de sécurité sur la situation sécuritaire et les développements politiques que connaissent les pays de la région, lit-on dans un communiqué du département des Affaires étrangères.

Le ministre des Affaires étrangères, de la Migration et des Tunisiens à l’étranger Othmane Jerandi a souligné, dans son allocution, la détermination de la Tunisie à établir la paix dans tout le continent africain et à renforcer ses relations de coopération avec les pays de l’Afrique orientale et australe.

Lors de l’examen de la situation dans certains pays en crise dont la Libye, le Soudan, la Somalie ou encore la guerre dans la région du Tigré en Ethiopie, le ministre a réitéré l’importance qu’accorde la Tunisie aux questions de paix, de sécurité et de lutte contre le terrorisme, qui constituent l’une des conditions essentielles du développement durable.

Il a, dans ce sens, rappelé la participation de la Tunisie, dès les premières années de son indépendance, aux opérations de maintien de la paix sur le continent.

Concernant la situation en Tunisie, le ministre des Affaires étrangères a indiqué que le processus transitionnel se poursuit, affirmant que les mesures exceptionnelles décidées par le président de la République s’inscrivent dans le cadre de la Constitution et jouissent d’un fort soutien populaire.

L’objectif de ces mesures est d’établir les fondements de la démocratie et de garantir les libertés fondamentales et le développement durable dans le cadre d’un consensus social, a-t-il ajouté.

sassi montasser

Laissez un commentaire