Aram Belhadj : Les mesures prévues par la loi de finances 2022 vont faciliter la conclusion d’un accord avec le FMI

Le professeur universitaire et expert économique, Aram Belhadj, a exprimé son étonnement face à la discrétion des autorités officielles au sujet de la reprise des négociations avec le Fonds monétaire international (FMI), rappelant que le discours officiel médiatisé, depuis quelque temps, laisse à penser qu’il n’est pas possible de s’adresser aux bailleurs de fonds internationaux et au Fonds monétaire international.

Aram Belhadj a indiqué que le manque de transparence lors de traitement de ce dossier pourrait engendrer des effets peu souhaités, rappelant que nous avons besoin du FMI. Lors de son passage dans l’émission Ecomag du 8 novembre 2021, Belhadj a considéré que le communiqué publié par la Banque centrale de Tunisie (BCT) indique que l’Etat tunisien sera représenté par le gouverneur de la BCT, Marouane Abassi, dans les négociations avec le FMI. Dans ce contexte, il a dit que les partenaires étrangers de la Tunisie ainsi que les bailleurs de fonds internationaux attendent les suites des négociations entre la Tunisie et le FMI. A cet effet, il faut introduire l’ensemble des réformes, faisant l’objet d’un accord entre les deux parties, dans la loi de finances 2022 pour pouvoir conclure un accord entre le FMI et la Tunisie.

Et d’ajouter que les mesures prévues par la loi de finances 2022 seront de nature à faciliter la conclusion d’un accord avec le FMI, considérant que la Tunisie doit solliciter l’aide des pays amis et voisins pour pouvoir boucler le budget de 2021.

L’invité d’Ecomag a mis l’accent sur la nécessité d’organiser le plus rapidement possible un dialogue national impliquant les organisations nationales et particulièrement la partie sociale représentée par l’UGTT, ajoutant qu’il n’est pas possible de s’adresser au FMI avec des conventions stipulant l’augmentation des salaires, ce qui fragilise la position de la Tunisie.

Au sujet des réformes à entreprendre pour pouvoir conclure un accord avec le FMI, Aram Belhadj a affirmé que de nombreuses réformes peuvent être entamées dont notamment la réforme fiscale, la numérisation et la programmation d’une amnistie pour faciliter la collecte des ressources.

sassi montasser

Laissez un commentaire