Le délégué de l’agriculture à Nabeul : l’incidence des agrumes a diminué de 30% durant la saison en cours

Les attentes de la commission régionale de développement agricole de Nabeul indiquent une diminution de l’incidence des agrumes d’environ 30 pour cent au cours de la saison en cours, car les premières estimations montrent que la production sera de l’ordre de 240 000 tonnes, contre 325 000 tonnes au cours de la la saison dernière.

Le délégué régional pour le développement agricole à Nabeul, Hamza Al-Bahri, a déclaré à TAT que la baisse de l’infection était due aux répercussions des changements climatiques, d’autant plus que cette saison a été caractérisée par des températures élevées, notamment pendant le mois d’août, et un manque de de pluie, ce qui a entraîné des chutes d’oranges importantes
. L’Union régionale de l’agriculture de Nabeul, Imad El-Bey, a déclaré que la baisse de la production est due au phénomène physiologique connu des agriculteurs et des spécialistes de la « concurrence », c’est-à-dire que la la récolte d’arbres est abondante une fois tous les deux ans, et en raison de l’apparition de la maladie de détérioration rapide « Tristizza », qui a touché environ 40 pour cent des forêts d’agrumes dans des proportions variables, à L’apparition de la maladie des « points noirs » il y a 3 ans
Concernant la maladie de détérioration rapide, il a indiqué que depuis 2018, un plan régional a été élaboré pour lutter contre cette maladie sur la base de la réalisation des analyses nécessaires pour se débarrasser des arbres atteints et les déraciner si le taux d’infection dépasse 20 pour cent des la forêt en échange pour les agriculteurs touchés recevant une subvention compensatoire, soulignant que la mise en œuvre du plan a été interrompue en raison du manque de disponibilité des ressources financières,
et la pénurie d’eau a été considérée comme un dilemme majeur dans la patrie tribale, étant donné que la région part de l’eau du nord a diminué de 70 millions de mètres cubes par an à 54 millions, et a souligné que le pourcentage élevé de salinité de l’eau d’irrigation et la pénurie enregistrée de cette eau au cours des dernières années sont parmi les raisons de la détérioration de la production, en particulier Et que seulement 20 pour cent de l’eau nécessaire à la forêt d’agrumes a été fournie
Pour sa part, le chef de l’union locale de l’agriculture et de la pêche à Bani Khallad, Al-Bashir Aounallah, a déclaré que la blessure de la saison enregistrera une grave pénurie d’environ 30 pour cent, étant donné que le montant de la production ne dépassera pas 240 000 tonnes. , alors qu’on espérait atteindre 500 mille tonnes, étant donné que la superficie de la forêt d’agrumes Dans la patrie tribale, elle est estimée à 20 mille hectares, répartis notamment dans les régions de Manzil Bouzalfa, Bani Khallad, Bouarqoub et Suleiman.
Il a ajouté que l’une des raisons les plus importantes liées à la baisse de la production est le manque de pluie et le manque d’eau d’irrigation par rapport à la salinité élevée dans les puits de surface, en plus du coût de production élevé de 40 pour cent, soulignant à la propagation des maladies et au vieillissement des forêts d’agrumes, ce qui entraîne une production réduite et une diminution de la qualité
Il a souligné l’absence du rôle des structures d’appui au secteur, telles que les coopératives de services agricoles, qui assurent les besoins de production et acceptent le produit et son écoulement aux niveaux interne et externe, considérant qu’il souffre d’un déficit financier , appelant à la nécessité de l’accompagner en raison de son importance pour encadrer les agriculteurs et pousser le système de la filière agrumes dans la région.
Il a également évoqué un déclin de la filière . Le niveau de promotion, étant donné que les quantités d’agrumes préparées à l’exportation sont estimés à 50 mille tonnes, alors qu’il n’a pas dépassé 15 mille tonnes au cours de la campagne précédente, appelant à la nécessité d’élaborer un plan de sauvegarde et de soutien du
secteur des agrumes . La contribution de la région à la production nationale est estimée à 75 pour cent , en plus d’une contribution de 90 pour cent des quantités destinées à l’exportation, notamment la variété d’orange « maltaise ».
Ce secteur a également une importance sociale importante, qui se manifeste par l’emploi d’environ 20 000 travailleurs, soit environ 8 000 familles.

Laissez un commentaire