Al-Sarfur saisi par le Mouvement Ennahda pour effectuer les tests techniques nécessaires dans le cadre de l’affaire de « lobbying »

Le bureau de liaison du tribunal de première instance de Tunis a indiqué que le juge d’instruction au pôle judiciaire économique et financier s’est déplacé, lundi, au siège du parti Ennahda, situé à Montpellier dans la capitale, et a repris la détention du « serveur » (serveur) du mouvement pour transférer son contenu et effectuer les tests techniques nécessaires.

L’office a expliqué dans un communiqué ce mardi, que la procédure de saisie du « serveur » s’inscrit dans le cadre de l’achèvement des recherches liées à l’affaire « lobbying » publiée par le juge d’instruction du Pôle économique et financier. car il s’est avéré que le compte électronique mentionné appartient à un opérateur tunisien.
Il a souligné que le Bureau de liaison du tribunal de première instance de la capitale pour les recherches dans cette affaire est toujours en
cours.Le Mouvement Renaissance a confirmé lundi, un juge d’instruction s’est tourné vers le siège central de la capitale, dans le cadre de l’ « enquête sur ce qu’on a appelé l’ affaire « Allobieng » déposée par l’ancien homme politique et ministre Mohamed Abou contre elle », soulignant qu’elle respecte la loi dans toutes ses activités.
Il est à noter que le juge d’instruction au pôle judiciaire économique et financier a mis en gage en octobre 2019 la plainte d’Abbou, au cours de laquelle il a accusé Ennahda d’avoir contracté avec une société de publicité américaine avant les élections.
En août 2021, des données sur le contrat d’Ennahda avec une régie publicitaire ont de nouveau été diffusées, suite aux mesures exceptionnelles annoncées par le président de la République, Qais Saeed le 25 juillet 2021.
Le ministère public est en train de collecter des données concernant ce contrat. , qui a été conclue entre une agence internationale de communication et de relations publiques et le parti Ennahda, de rendre une décision à cet égard, expliquant que le ministère public est en train de mener les enquêtes nécessaires pour prendre la décision soit d’ouvrir un nouveau enquête ou d’inclure le dossier dans l’affaire en cours relative à ce que l’on appelle les « contrats de lobbying » aux élections législatives de 2019

Laissez un commentaire