Financement du déficit de l’État par la BCT : le (possible) mode d’emploi

La Banque Centrale de Tunisie (BCT) s’est montrée très réticente sur l’éventualité de financer une partie du déficit budgétaire de la Tunisie, et ce afin de permettre à l’État de boucler l’exercice 2020.

Il semble que le Gouverneur de l’institution d’émissions, Marouane Al Abassi, aurait trouvé un accord avec le Chef du gouvernement, Hichem Mechichi, sur ce point. C’est ce qu’a déclaré Heykel Mekki, député et président de la Commission parlementaire des Finances, ce vendredi 27 novembre 2020 dans La Matinale de Shems FM.

L’éventualité d’un tel accord a été confirmée, implicitement, par le ministre des finances, Ali Kooli. Auditionné aujourd’hui par le député lors de la plénière consacrée à l’examen du projet de loi de Finances complémentaire de 2020, le ministre a expliqué qu’un article a été ajouté au projet en question. Il porte sur le financement d’une partie du déficit budgétaire par la BCT.

En pratique, le texte proposé par Ali Kooli permet à la BCT, à titre exceptionnel, d’octroyer certaines « facilités » au profit des caisses de l’État. C’est une enveloppe plafonnée à 2,810 milliards de dinars, débloquée sous forme d’un prêt avec un taux d’intérêt qui est égal au taux directeur de la BCT, soit 6,25%.

Dans ce même contexte, la proposition prévoit un accord entre le ministère des Finances et la BCT qui fixe les conditions d’octroi de ces facilités – principal et intérêt -. Le gouvernement disposerait, de ce fait, de 5 ans pour tout rembourser, avec une année de grâce.

Laissez un commentaire