Tunisie : l’erreur politique monumentale que Kaïs Saïed pourrait commettre

Depuis 2011, les fronts politiques ont poussé comme des champignons en Tunisie. Ils ont tous sombré dans le néant. Il semble qu’un nouveau front, dont nous avons déjà entendu parler il y a quelques semaines, sera formé et il serait même conduit par le président de la République, Kaïs Saïed.

C’est, en tout cas, ce qu’a annoncé le secrétaire général du Mouvement Echaâb, Zouhaïer Meghzaoui, ce mardi 17 novembre 2020, dans un entretien paru dans la version papier du magazine Acharaa Al Magharibi.

Meghzaoui a expliqué qu’une rencontre a été organisée avec le président de la République pour évaluer la conjoncture de ces 10 dernières années. « Nous nous sommes mis d’accord pour organiser d’autres réunions », a-t-il indiqué. L’UGTT (Union Générale Tunisienne du Travail) a aussi pris part à ces réunions. D’ailleurs, elle va présenter une initiative au Chef de l’État.

La question qui se pose : à quoi ressemblerait un tel front s’il devait être formé ? Ce qui rend perplexe, est que le président en fasse partie. Il s’agirait d’une énorme bourde politique, surtout s’il prenait la tête d’un tel front compte tenu de la fonction qu’il occupe, et qui n’est pas des moindres : président de la République.

Dans ce contexte, Kaïs Saïed doit rester au-dessus des partis et des fronts, quels qu’ils soient, car il est président de tous les Tunisiens et non d’une formation politique donnée. De plus, il y a d’autres chats à fouetter aujourd’hui.

Laissez un commentaire