5 ans après l’assassinat du jeune berger Mabrouk Soltani, la blessure est toujours aussi vive

Ce vendredi 13 novembre 2020, la Tunisie commémore un triste anniversaire : il y a 5 ans, le jeune Mabrouk Soltani, berger âgé de 16 ans, a été sauvagement assassiné et égorgé par des terroristes de Daech le 13 novembre 2015. Dans un acte d’une extrême cruauté, sa tête a été envoyée à sa mère dans un vulgaire sac en plastique.

La tragédie a eu lieu à Djebal Mghila. Son grand frère n’a pas échappé à ce triste sort. De fait, en 2016, Khelifa Soltani – son nom – a lui aussi été assassiné et égorgé par les mêmes terroristes de Daech alors qu’il était âgé de 23 ans. La raison ? Les deux frères ont refusé de collaborer avec les criminels de l’organisation terroriste.

Ce sont des assassinats lâches. C’est la preuve que le fléau du terrorisme n’épargne aucune nation. Il n’a ni religion, ni identité, ni couleur. Il s’agit d’une abomination qui affecte des pays, des familles, et, également, des mères. C’est le cas de la mère des deux frères Soltani. Malgré la cruauté du sort de ses deux enfants, elle a su affronter cette rude épreuve avec foi et courage. Une leçon de vie.

Adressons, de ce fait, une pensée aux martyrs du terrorisme, mais aussi à nos sécuritaires et notre Armées qui sont là pour protéger la Tunisie.

Laissez un commentaire