Tunisie – coronavirus : si rien n’est fait, on risque d’atteindre 7000 décès selon Mechichi

« La situation est encore très dangereuse », c’est ainsi que le Chef du gouvernement, Hichem Mechichi, a qualifié la situation sanitaire en Tunisie lors d’un discours prononcé dans la soirée de ce lundi 9 novembre 2020. C’était l’occasion de rappeler les mesures qui ont été déjà prises en vue de lutter contre le nouveau coronavirus (SARS-CoV-2 ou COVID-19) : couvre-feu, suspension de plusieurs activités économiques (culture, cafés, restaurants…), interdiction des rassemblements..

60% des Tunisiens ne portent pas de masques de protection

Toutefois, pour le Chef du gouvernement, cela demeure insuffisant car les chiffres sur la maladies demeurent très alarmants. Ainsi, il est temps, selon lui, de passer à la vitesse supérieure et d’afficher une plus grande fermeté. « Nous comptons, aujourd’hui, près de 1900 décès à cause du COVID-19 et plus de 70 000 contaminations. 60% des Tunisiens ne portent pas les masques de protection alors qu’il s’agit d’une obligation et d’une protection efficace. Leur efficacité est évaluée à 80%. Si 80% des Tunisiens ne respectent pas les règles, le nombre de morts liés au COVID-19 risque d’atteindre les 7000 », a-t-il mis en garde, rappelant que certaines mesures n’ont pas été appliquées comme il se devait, à l’instar des déplacements entre les gouvernants.

Ce qui va se passer

De ce fait, dès le mardi 10 novembre 2020, des campagnes de surveillance sur l’application de la loi et des consignes sanitaires seront lancées selon le Chef du gouvernement tunisien. Dans ce même contexte, d’autres mesures ont été annoncées :

  • Interdiction des rassemblements de plus de 4 personnes
  • Surveillance dans les stations des transports en commun
  • Amende pour toute infraction
  • Renforcement de la sécurité au niveau des frontières des gouvernorats afin de surveiller les déplacements entre les gouvernorats

« Nous ne voulons pas que la situation empire, ou être contraints de faire un arbitrage entre celui qui sera soigné au détriment de l’autre. Nous allons distribuer des masques de protection aux plus démunis. La situation est, certes, difficile, mais nous pouvons encore sauver la mise », a encore déclaré Hichem Mechichi.

Laissez un commentaire