Gérald Darmanin en Tunisie : « pas question de confondre l’Islam et le terrorisme »

Très attendue, la conférence de presse commune tenue par le ministre tunisien de l’Intérieur, Taoufik Charfeddine, et son homologue français, Gérald Darmanin, a eu lieu dans la soirée de ce vendredi 6 novembre 2020, lors de la visite du responsable français en Tunisie. Pendant près de 10 minutes, devant les journalistes, les deux hommes ont souligné l’importance d’une lutte collective contre le terrorisme. Ils ont, également, assuré qu’il était hors de question de faire un amalgame entre la religion musulmane et le terrorisme. Chose très encourageante de la part du ministre français de l’Intérieur qui a, rappelons-le, formulé des déclarations jugées controversées sur l’Islam et le terrorisme selon certains observateurs. Compte-rendu.

C’est le ministre tunisien de l’Intérieur qui a pris la parole en premier lors de la conférence de presse, tenue suite aux différentes rencontres entre le ministre français et les responsables tunisiens, dont le président de la République, Kaïs Saïed. « Nous avons étudiés les différentes possibilités de partenariats, notamment sur le plan sécuritaire. Nos deux pays rencontrent, en effet, des dangers, que ce soit au niveau local que régional. Des dangers qui émanent du Sud du Sahara », a-t-il commencé.

« Aucune religion n’est liée au terrorisme, notamment l’Islam »

Dans ce contexte, le ministre tunisien a rappelé que le terrorisme n’avait ni religion, ni couleur, ni nation. « Aucune religion n’est liée au terrorisme. Les terroristes sont des criminels, contre la vie et contre l’humanité. Les trois religions prônent la paix, notamment l’Islam. C’est une religion qui appelle à la tolérance et à la coexistence pacifique entre les peuples », a-t-il déclaré. Face à ce fléau, il est nécessaire, poursuit-il, d’opter pour une approche collective. « [Le terrorisme] est un défi mondial. La coopération bilatérale est, certes, efficace, mais elle doit être renforcée par une coopération internationale qui conjuguent tous les efforts », a-t-il ajouté.

« Une nouvelle approche pour accueillir les Tunisiens en France »

Sur la question migratoire, Taoufik Charfeddine a rappelé qu’un accord-cadre a été conclu entre la Tunisie et la France en 2008. De ce fait, et conformément à l’article 25 de la Constitution Tunisienne, la Tunisie acceptera le retour des Tunisiens. Toutefois, cela doit être fait en respectant certaines conditions. « Il faut préserver la dignité des Tunisiens et leurs droits. Il s’agit, notamment, du droit de déposer tous les recours possibles en France avant l’expulsion », a précisé le ministre tunisien.

Taoufik Charfeddine a été direct : « Il faut adopter une approche globale qui permet de lutter contre la migration clandestine tout en ouvrant les portes aux Tunisiens ». En effet, l’approche sécuritaire ne suffit pas selon lui, d’autant plus qu’elle ne constitue pas la meilleure solution. « Nous devons donc adopter des solutions basées sur le développement, la culture et l’économie. De cette manière, nous pourrons s’attaquer aux racines de la migration clandestine », a-t-il renchéri, et de conclure : « la Tunisie renouvelle son soutien au peuple français, notamment depuis les derniers attentats terroristes. Nous allons poursuivre la lutte contre le terrorisme avec tous nos amis, nos voisins et tous les pays ».

Pas question de confondre l’Islam et le terrorisme selon Darmanin

Pour sa part, le ministre français de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a assuré que l’amitié et le partenariat historiques entre la France et la Tunisie « ont encore de belles années devant eux ». Il n’a pas manqué de rappeler le grand travail de renseignements accompli par les autorités tunisiennes suite à l’attentat tragique de Nice du 28 octobre 2020. « Les services tunisiens ont apporté, de façon considérable, quelques minutes après l’attentat, des informations pour la France, et ce afin de mieux comprendre ce qu’il s’était passé », a-t-il assuré.

Il n’est pas question, poursuit-il, de confondre le terrorisme avec l’Islam. « Les Français ne font pas cette confusion, notamment en ce qui me concerne, qui suis fils d’un immigré venant de l’autre rive de la Méditerranée », a-t-il déclaré. Ainsi, le ministre français rappelle que la religion musulmane prône pour la paix. Le terrorisme, dans ce contexte, n’est qu’une idéologie qu’il faut combattre, et de conclure : « Les TRE (Tunisiens Résidents à l’Étranger) apportent énormément à la France. C’est une grande communauté ».

Laissez un commentaire